Assemblée générale : dimanche 5 novembre à 14h à la serre-culturelle d'Une Figue dans le Poirier. Merci de nous contacter pour vous inscrire en tant que participants.

Un Kiwi dans le Poirier | les aventures d'Alexis et John en Nouvelle Zélande #4

L'île de Rangitoto

De la guerre à la vente:
Rangitoto signifie en maori "ciel rouge sang", car cette île a été témoin d'une sanglante bataille, livrée par la tribu qui vivait là. Et oui, malheureusement la Nouvelle-Zélande partage la réalité de nombreux pays du monde, son histoire a une chronologie principalement constituée de conflits, d'ailleurs le nom de Rangitoto est une version raccourcie de "Te rangi i totongia a Tamatekapua" cela donne littéralement en français "Le jour où le sang de Tamatekapua fut répandu". Tamatekapua était, selon la tradition, le capitaine d'un canot portant le nom "Te Arawa". Ce capitaine maori serait venu en Nouvelle-Zélande depuis la Polynésie aux alentours de 1350. C'est une histoire ancestrale appartenant aux annales du peuple Maoris, peuple qui perpétue ses mémoires et ses traditions à l'oral (comme ce fut le cas pour nos lointains ancêtres).

Au cours de l'année 1854, l'île est rachetée par les Anglais, pour la modique somme de ...15£!...La tribu vivant sur les lieux à cette époque, les Ngati Whatua, leur céda cette terre volcanique. 

Roots, Rocks, Humus:
Si la guerre est le propre des Hommes, l'adaptation est le propre des Arbres. En effet, le plus robuste et le plus répandu sur cette petite île est sans conteste le Pohutukawa. Ce véritable "MacGyver" de la forêt fait parti de la famille des Mytracea. Ses feuilles rouges en pointe qui apparaissent au début de l'été font de lui l'arbre de Noël Officiel de Nouvelle-Zélande. Pouvant atteindre 20 mètres de haut, il est capable de tenir même dans les conditions les plus extrêmes, certains ont des racines aériennes, entremêlées et fibreuses. Les Pohutukawa ont la particularité de générer la première couche originelle d'humus permettant à d'autres arbres de prendre racines...à chacun son histoire.

Le temps des Mamailleurs: 
Les Bachs, appelés aussi Crib dans la partie la plus australe de île du sud, sont des sortes de maisons secondaires, le terme "Bach" signifie "simply-furnished house, week-end cottage, especially at the beach" cela vient de l'américain "bach" qui veut dire "Live as a bachelor" c'est à dire "vivre avec pas grand chose". Il s'agit de petites maisons de plein-pied, sans eau ni électricité, qui sont construites par une famille avec des matériaux de récup'. C'est une option très intéressante pour les familles de la classe moyenne, l'occasion de pouvoir profiter d'un endroit pour les vacances, le tout dans une résidence secondaire bon marché.

Rangitoto est déclaré réserve naturelle en 1890, et en 1910 "Rangitoto island domain board" autorise les constructions. Fin 1930 on compte 140 bachs. C'est au cours de l'année 1937 que le gouvernement estime illégal lesdites constructions, mais permet cependant la jouissance des bachs pendant 20 ans. Les propriétaires grâce à une importante mobilisation prolongent leurs baux. Entre 1970-1980, la possession des constructions est transférée à l'état, qui progressivement les détruits. Néanmoins, en 1991, le "departement of conservation" décrète un moratoire sur leurs démolition. Finalement 18 bachs sont sauvegardés et restaurés. Le style revient à la mode de nos jours, dans un contexte écologique, et par souci de sobriété. Les consciences évoluent et l'histoire continue...



***







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous ne parvenez pas à publier votre commentaire, n'hésitez pas à nous envoyer un message en utilisant le formulaire de contact. Merci.